Paimpol, ou le parfum de l’éternel retour

Par défaut

pl
La vue bleue sur les îles depuis le haut de la rue du lycée, les mimosas en fleurs, exubérance jaune.
Dans la nuit fraiche un apéro sur le port, et cette énorme lune nordique au dessus de la maison rouge et bleue.
Au matin sous un soleil déjanté, le circuit des falaises à 40 km/h, fière allure et ronron du moteur.
La maison des filles où je reviens toujours, et puis cette rue où je ne passe jamais.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s