Archives de Tag: Kerloc’h

Vents courants

Par défaut

Vents verts, vents gris chers à Xavier Grall, de retour.

Quittant Kerloc’h, le sentier désert monte vers l’ouest, roches millénaires feuilletées.

En contrebas une longue houle atlantique jusqu’à la plage.

En face, la côte de Dinan découpée, fauves, ocres, verts, et gris.

Thévennec et La Vieille, sur l’horizon ligne gris lumière.

Là bas le Raz, la Pointe du Van, Sein invisible. Et au-delà…quoi ?

Toute la vie là
dans les rafales qui poussent
la danse des herbes
les bruyères brûlées sous le tournoiement des oiseaux de mer.

Plus tard l’incendie précède la nuit.

Aucun ailleurs, aucun autre temps.

[Kerloc’h > La Tavelle ]

Sel et miel

Par défaut

Fin d’après-midi, quitter le travail, passer le pont. Rouler.
Se garer en même temps que toi sur le parking habituel.
Rouler encore un peu, ensemble, jusqu’à la mer cette fois. Sourire.
A Kerloc’h les vagues vertes. La plage presque déserte. L’été indien.
Se déshabiller, frisonner (un peu), entrer dans l’eau. Le sable sous les pieds.
Les vagues qui roulent le corps, la caresse froide de l’écume, être là. Longtemps.
Lorsque le soleil disparait derrière la falaise, sortir. Frissonner (encore).
Empiler polaire, écharpe, une autre polaire. Chaussures de rando.
Remonter la plage, le cerveau vide, le corps vivant.
Samedi changement d’heure, au sortir des bureaux il fera nuit.
Ce soir à Kerloc’h, le miel de la vie dans l’eau salée…