Une vie ordinaire

Par défaut

Je me sens tour à tour valet
Roi fou cheval pion
O le jeu d’échecs
Sur le grand damier de ma vie
Et ce coin d’enfer dans mon crâne
Portes battantes à jamais.
J’allais retrouver une femme
Bientôt ma femme
Comment se faire à ce ma femme
Je n’y arriverai jamais
L’épicière me demande
Comment va votre femme
Et je me retourne pour voir
S’il y a un mari derrière moi
Je ne me sens propriétaire de rien
Quelle drôle d’idée
Se croire maître de quoi que ce soit.

(Georges Perros)

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s