Archives de Catégorie: S.

Wonderful life

Par défaut

Bénodet, l’été au sud Finistère. Tout est bleu et lumière, odeur des pins, vacance sur la corniche de l’Odet. Tourelle du petit phare blanc, soleil encore chaud qu’absorbe la peau, la mer entre les branches d’un grand pin comme chez Hokusaï, chez Hiroshigé, le courant se fend au pied des balises. Le soleil de vingt heures claque sur le blanc des façades. C’est blanc c’est bleu comme en Morbihan. Sur l’autre rive de l’Odet, villas éparses, éblouies.

Et puis les gens. Plaisance qui se donne des airs de vieille marine à voiles, vélos, tenues d’été, retour de plage ou de soirée pour le resto… Kitsch, voyant, local… Ca fume en terrasse où les gens dînent, ça sent l’after-chèvre bon marché, ça drague en racontant sa vie, wonderful life, la fille fait oui… oui… mmm… mmm… en chipotant son foie gras d’un air ailleurs…

 

Un thé au Conquet

Par défaut

Un thé

[pour S.]

dormi dormi dormi et puis

éclaircie du ciel qui bleu puis brume
au loin Ouessant île des femmes

flotte la mémoire
contient  le désir

aux rias de sables blonds
soleil et vent du large
nouent un fil rouge un fil violet

à la passerelle la mer a monté
le Conquet s’alanguit sur sa falaise

parquet ancien abri cosy
la nuit qui tombe

et puis du thé
Fleur Bleue La Grande Vinotière

en face de moi tu dessines
des poissons au crayon gris
dans ton petit carnet

perles oranges à ton poignet
étoiles lumières de fêtes encore
les sorcières se fondent dans le décor

A star in my Universe

Par défaut

Univers

Saint-Malo
Hotel de l’Univers
ballet des serveurs juste avant le coup de feu
musique cubaine, décalée
presque personne

Presque personne
mais eux tous,
là,
sur  les photos

les cartes marines
et les histoires de voyages

Eux tous,
là,
jaunis et délavés

dans les cadres en bois sombre
avec leurs casquettes et leurs trois-mâts

Eux,
leurs Cap-Horn et leurs entrées de ports

leurs signatures aux hasards
leurs cheveux fous et ces sourires heureux
au vent des galères
avec parfois, l’arrivée.

Presque personne.

Bar mythique de l’Univers
la musique me revient,
le tschik-tchhhhhk de ton Nikon
le soleil derrière la vitre ,
Fleurs d’Amour au saut du lit
l’hiver à Saint-Malo.

Forger l’acier rouge avec mes mains d’or

Par défaut

street2
machines arrêtées
vieilles usines abandonnées
lumière d’été filtrée

nos pieds dans la poussière
dans les verrières nos yeux

peintures écaillées colorées
travaux d’anciens labeurs
ateliers rayés

nos pieds dans la poussière
dans les verrières nos yeux

l’été lumière arrêtée
usines machines filtrées
peintures labeurs écaillés

nos pieds dans la poussière
dans les verrières nos yeux