Archives de Catégorie: Grand Voyage

Quelque chose comme ça

Par défaut

orangeLa mort tombe dans la vie comme une pierre dans un étang : d’abord, éclaboussures, affolements dans les buissons, battements d’ailes et fuites en tous sens. Ensuite, grands cercles sur l’eau, de plus en plus larges. Enfin, le calme à nouveau, mais pas du tout le même silence qu’auparavant, un silence, comment dire : assourdissant.

[Christian Bobin, Autoportrait au radiateur]

En hommage à  ma grand-mère, Marguerite, née le 13 décembre 1902

Aux murmures d’éternités oubliées

Par défaut

A la nuit noire nous allons à la Pointe Saint-Mathieu.
Les faisceaux du phare tranchent la nuit à intervalle régulier et
répercutent leur lumière sur les murs noirs de l’abbaye en ruine.
Le vent chante fort au dédale des pierres et la bruine pique le visage.
Quelques ombres nous frôlent, au loin sur la mer balises et feux se répondent.
Là-bas sommeillent Ouessant, Molène et Quéménès.
Une atmosphère étrange flotte sur la pointe occidentale du vieux continent. 

C’est une nuit particulière. Paraît-il qu’une frontière se dissipe et que deux mondes soudain
et furtivement peuvent communiquer. Rien ne prouve que ce soit faux…

Je veux croire à la bienveillance des esprits.
Ma voix dans la nuit pour un extrait du
Rituel breton de Xavier Grall.
Les mots prononcés dans l’absolu du présent, juste pour mémoire(s).
Aux murmures d’éternités oubliées.
Nous qui sommes vivants.

Lanterne

Mais moi je te chante, mon pays / avec tes morts et tes vivants / et tes coques de pin et tes cargos de fer
je te chante, moi, Grall Xavier Marie / Je te chante pour ta folie / pour tes bagages de rêves / pour tes Chouans, ô ma Celtie.

Il faut chaque jour gagner sa légende / il faut chaque jour célébrer la messe de l’univers.

Je te chante avec ma bouche dans la bouche de tes vents / je te chante avec mes mains dans la main de tes landes
je te chante, moi, Grall Xavier Marie / pour la liturgie de tes focs et la charité de tes misaines
pour tes marins perdus pour tes grèves de laine / et tes puissantes houles et tes doux paradis.

Notre-dame des îles et notre-dame des goémons / notre-dame des navires et notre-dame des houes
notre-dame des marins et notre dame des forbans / priez pour moi, l’Infidèle, pèlerin de tous les océans
et priez pour moi dans vos pardons au centre de vos étés / notre-dame des mimosas et notre-dame des genêts
priez pour moi à Raz, Molène et Douarnenez.

Ah quand je mourrai / enterrez-moi à Ouessant / avec mes épagneuls / et mes goélands
ah quand je mourrai / mettez-moi en ce jardin de gravier.

Ainsi soit-il.

[Xavier Grall, Le rituel breton]

Comme si le ciel

Par défaut
Hommage à Stéphane Hessel, 1917 – 2013

« Je suis convaincu que l’avenir appartient à la non-violence, à la conciliation des cultures différentes. C’est par cette voie que l’humanité devra franchir sa prochaine étape. » (extrait de Indignez-vous !, Stéphane Hessel)

SHessel

[Joseph Freiherr von Eichendorff.
Poème extrait de Ô ma mémoire la poésie, ma nécessité , poèmes choisis par Stéphane Hessel]