0.01

Par défaut

La nuit descend, dernière.
A minuit, nous sommes seules auprès des disparus.
Champagne rosé et reflets de demi-lune
Au rythme de la mer d’Iroise, chant du vent sous le faisceau du phare.
Les lumières de Molène, et derrière, Ouessant au feu du Créac’h,
Tout est calme déjà.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s