L’addition de la journée # 16

Par défaut

On déménage. On fait des allers-retours avec des sacs des meubles des cartons des caisses. On monte mille marche, on descend mille marches. On va chez le suédois, on regarde les canapés les cuisines, on dit beuk, bof, oh yessss ! On n’achète rien en fait on laisse tomber le suédois et ses bric broc bois. On va au Conquet, aux Grands Sables en fin de journée changer d’air, l’eau y est froide et bleue et ventée. On marche dans la ville le port l’hotel Sainte-Barbe en ruine les maisons les jardins la chapelle Ouessant là-bas un soir d’été encore.

On déménage. On fait une grasse mat parce que quand même. On fait des allers-retours avec des sacs des meubles des cartons des caisses. On monte mille marche, on descend mille marches. On passe le pont de Recouvrance à pied et on va sur le port de commerce de pêche de plaisance, à la terrasse de La Base on boit un Møn, et c’est bleu c’est chaud c’est beau comme en été.

On déménage. Mais ce soir tu pars à Paris. Sur le quai de Brest Station je ne pleure pas. Le TGV t’emporte et je moi je reste là. Je vais au cinéma, voir 3 Coeurs, pour Gainsbourg, pour Mastroiani, pour Charlotte, pour Chiara, et puis c’est comme un thriller, ça dit la vie le destin les rendez-vous manqués et ceux où tu étais, ça dit cette force là qui est nous et tellement plus. Ensuite je sors du cinéma il a plu et la ville fume. Un autre jour le hall de la gare de Brest à nouveau, c’est le soir, un jeune homme noir joue du piano et ses notes ricochent aux peintures des grues et des quais. C’est la nuit déjà il fait frais enfin, le TER entre en gare.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s