Wonderful life

Par défaut

Bénodet, l’été au sud Finistère. Tout est bleu et lumière, odeur des pins, vacance sur la corniche de l’Odet. Tourelle du petit phare blanc, soleil encore chaud qu’absorbe la peau, la mer entre les branches d’un grand pin comme chez Hokusaï, chez Hiroshigé, le courant se fend au pied des balises. Le soleil de vingt heures claque sur le blanc des façades. C’est blanc c’est bleu comme en Morbihan. Sur l’autre rive de l’Odet, villas éparses, éblouies.

Et puis les gens. Plaisance qui se donne des airs de vieille marine à voiles, vélos, tenues d’été, retour de plage ou de soirée pour le resto… Kitsch, voyant, local… Ca fume en terrasse où les gens dînent, ça sent l’after-chèvre bon marché, ça drague en racontant sa vie, wonderful life, la fille fait oui… oui… mmm… mmm… en chipotant son foie gras d’un air ailleurs…

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s