108 ans…

Par défaut
Ne reste pas à pleurer devant ma tombe,
je n’y suis pas, je n’y dors pas,
je suis un millier de vents qui soufflent
je suis le scintillement du diamant sur la neige
je suis la lumière du soleil sur les grains mûrs
je suis la douce pluie d’automne…
Ne reste pas à te lamenter devant ma tombe
je n’y suis pas, je ne suis pas mort…
(Anonyme)
– En hommage à Lucie, Marguerite, ma grand-mère,
née le 13 décembre 1902

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s